Association

Portrait pop-art Henry Dunant
Henry Dunant, fondateur de la Croix-Rouge genevoise
La mission de la Croix-Rouge genevoise est d’apporter une aide de proximité aux personnes en difficulté vivant à Genève. Son action auprès de toute personne vulnérable, notamment des enfants, des jeunes, des familles et des personnes âgées, vise avant tout à promouvoir la santé et à préserver leur dignité.
Les 7 principes fondamentaux de la Croix-Rouge

1. Humanité

Né du souci de porter secours sans discrimination aux blessés des champs de bataille, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sous son aspect international et national, s'efforce de prévenir et d'alléger en toutes circonstances les souffrances des hommes.

Il tend à protéger la vie et la santé ainsi qu'à faire respecter la personne humaine.

Il favorise la compréhension mutuelle, l'amitié, la coopération et une paix durable entre tous les peuples.

2. Impartialité

Il ne fait aucune distinction de nationalité, de religion, de condition sociale et d'appartenance politique. Il s'applique seulement à secourir les individus à la mesure de leur souffrance et à subvenir par priorité aux détresses les plus urgentes.

3. Neutralité

Afin de garder la confiance de tous, le Mouvement s'abstient de prendre part aux hostilités et, en tout temps, aux controverses d'ordre politique, religieux et idéologique.

4. Indépendance

Le Mouvement est indépendant. Auxiliaires des pouvoirs publics dans leurs activités humanitaires et soumises aux lois qui régissent leur pays respectif, les Sociétés nationales doivent pourtant conserver une autonomie qui leur permette d'agir toujours selon les principes du Mouvement.

5. Volontariat

Il est un mouvement de secours volontaire et désintéressé.

6. Unité

Il ne peut y avoir qu'une seule Société de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge dans un même pays. Elle doit être ouverte à tous et étendre son action humanitaire au territoire entier.

7. Universalité

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, au sein duquel toutes les Sociétés ont des droits égaux et le devoir de s'entraider, est universel.

Les Principes ont été proclamés par la XXe Conférence internationale de la Croix-Rouge à Vienne en 1965. Le présent texte de l’annexe, légèrement modifié, est inclus dans les statuts du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, adoptés lors de la XXVe Conférence internationale de la Croix-Rouge à Genève en 1986.

Stratégie
  • fournir ses services, en tant qu’organisation privée indépendante ; 
  • agir là où les pouvoirs publics ou d’autres acteurs n’interviennent pas ou peu ; 
  • respecter les 7 principes fondamentaux dans l’accomplissement de ses mandats ; 
  • encourager le bénévolat ;
  • être attentive à l’apparition de besoins et de problèmes nouveaux afin de fournir des solutions ;
  • rechercher dans son activité un effet durable ;
  • évaluer à intervalles réguliers ses prestations et les adapter aux changements de circonstances.
Chiffres-clés 2018*
  • 350 collaborateurs ;
  • 800 bénévoles ;
  • 43 000 heures de bénévolat ;
  • 5 000 membres ;
  • 30 programmes d’aide différents ;
  • 30 formations proposées à 800 participants ;
  • 2 500 entretiens à la Permanence d’accueil social ;
  • 70 000 heures de garde d’enfants ;
  • 20 000 heures de loisirs et de soutien scolaire pour enfants défavorisés ;
  • 1 700 heures de sensibilisation du Droit International Humanitaire ;
  • 67% de jeunes insérés dès la fin du programme Semestre de motivation ;
  • 11 000 heures de soutien aux personnes âgées (visites, activités) ;
  • 38 000 ouvrages multilingues disponibles au Centre d’intégration culturelle ;
  • 2 000 bénéficiaires des services d’écrivain public ;
  • 38 000 heures d’interprétariat communautaire ;
  • 81 000 kilos de vêtements de dons reçus au Centre de tri et proposés dans les magasins Vêt’Shop ;
  • 1 000 paniers de Noël distribués à des familles et des personnes dans la précarité.
  • 18 000 personnes accueillies à la réception.

*chiffres arrondis

150 ans d'action humanitaire
130 ans de la Société des Dames
Les dates-clés de la Croix-Rouge genevoise

par Guy METTAN


24 juin 1859
Bataille de Solferino. La souffrance des blessés abandonnés sans soins sous la chaleur et le dévouement des femmes de Castiglione delle Stiviere à l’égard des blessés des deux camps émeuvent Henry Dunant qui se trouvait aux abords du champ de bataille dans I ‘espoir de rencontrer I ‘empereur Napoléon III.

1862
Début novembre, Henry Dunant publie à ses frais Un souvenir de Solferino qui sera un succès européen.

9 février 1863
Création du Comité des Cinq au Casino Saint-Pierre (Général Guillaume-Henri Dufour, Henry Dunant, Gustave Moynier, Louis Appia, Théodore Maunoir), à I ‘initiative d'Henry Dunant et Gustave Moynier, président de la Société genevoise d'utilité publique.

17 février 1863
Le Comité des Cinq se constitue en Comité international et permanent de secours aux militaires blessés en temps de guerre. Naissance du CICR.

26 au 29 octobre 1863
Conférence internationale de Genève (naissance du Mouvement de la CR et des sections nationales, adoption de I‘emblème de la croix rouge).

17 mars 1864
Création de la section genevoise par le Général Dufour (qui préside en I’absence de G. Moynier), les Drs. Maunoir et Appia, Ernest Cramer, le Dr Dunant, Charles Eynard, Jules Faesch, Ferdinand Forget, Alphonse Revilliod, et MM. Kunkler-Pictet, Van de Velde, Viollier-Ador. Henry Dunant est secrétaire.
Envoi des deux premiers délégués : le Dr. Appia auprès de I ‘armée prussienne et le capitaine Van de Velde auprès de I ‘armée danoise.

8-22 août 1864
Congrès diplomatique, signature de la 1ère Convention de Genève sur le secours aux militaires blessés.

17 juillet 1866
La Société centrale suisse de la Croix-Rouge (CRS) est créée à Berne.

1867
Congrès de la paix à Genève. Paris accueille la première conference international des sociétés nationales de la Croix-Rouge.

1870 
Suite au déclenchement de la guerre entre la France et la Prusse, à la demande du president du comité central de la CRS, la section genevoise est refondée le 27 juillet 1870 sous la présidence du conseiller d’Etat Auguste Turrettini, et directement rattachée à la Société nationale. Mais elle reste sans effet et ne tarde pas à retomber en sommeil. 

Février-mars 1871
Sur la demande du Conseiller fédéral et de son ancient president Jakob Dubs, la CRS approvisionne et soigne les 85 000 soldats français internes en Suisse du general Bourbaki. 

1876
Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) prend son nom définitif.

14 novembre 1889
U
n groupe de dames fonde la Société des Dames de la Croix-Rouge. Un comité est créé le 5 décembre et une première assemblée générale approuve les statuts le 10 janvier 1890. Première présidente : Mme Féodor Eynard; Secrétaire : Alice Favre, 161 sociétaires au 31 décembre 1890.

9 janvier 1891
La Société des Messieurs de Ia Croix-Rouge est créée avec le statut de section genevoise de la Croix-Rouge Suisse. Président: Dr. Georges Haltenhoff; Secrétaire: Maurice Dunant, neveu de Henrv Dunant.

1892
Contrat avec I'Hôpital de I'Ile à Berne pour la formation des infirmières, I ‘hôpital cantonal de Genève n’étant pas organisé pour former des infirmières.

1893
3 infirmières rentrent en fonction comme garde-malades à domicile. En 1895 on leur procure un logement. Le home des infirmières, dans lequel pourront loger un ou deux malades, fonctionnera une vingtaine d'années

1894
Installation d'un centre permanent à la rue du Soleil-Levant puis, en février 1905, au 15 Grand-Rue. On peut téléphoner à la CRG en appelant le no 2352.

1896
A l’occasion de I ‘Exposition nationale, les Dames reçoivent une médaille. Les premières années sont consacrées à des ateliers de couture pour fabriquer des vêtements et du matériel de soin pour les blessés de guerre.

1897
Début des envois de matériel de soin à l'étranger: Arméniens de Turquie dès novembre 1896 puis Grecs pendant la guerre gréco-turque e de 1897 et, dès 1899, aux Afrikaners pendant la guerre des Boers.

1898
Mme Eynard étant absente depuis plusieurs mois, Alice Favre lui succède comme présidente des Dames de 1898 à 1914.
Création d'un secrétariat central de la Croix-Rouge Suisse. Le secrétaire de la CRS, le Dr Walther Sahli, donne une impulsion nouvelle à la CRS et aux associations cantonales.

1899
Ouverture le 1er novembre de l’école de garde-malades de la CRS au Lindenhof à Berne, qui deviendra un hôpital dès 1901, suivi la même année par la creation du Frauenspital de Zurich.

1901
Henry Dunant reçoit le premier Prix Nobel de la paix avec Frédéric Passy.

1902
Alice Favre accompagne les délégués du CICR à la Conférence internationale de Saint-Pétersbourg.

1903
Le Dr Edmond Lardy deviant president de la Société des Messieurs, Maurice Dunant reste secrétaire.
Création du Comité cantonal genevois de la Croix-Rouge Suisse qui chapeaute les sociétés existantes: les Dames, les Messieurs et les Samaritains, qui continuent à former des sections indépendantes. Président: Dr Auguste Wartmann-Perrot. La CRS reconnaît la Société des Dames et  l’admet comme membre.

1904
Adhésion des Dames à l’Alliance nationale des Sociétés féminines suisses.  Du materiel est envoyé aux blessés russes et japonais de la guerre russo-japonaise.

1906
Le budget attaint 10 606 francs et le nombre d’infirmières varie entre 5 et 7. 323 membres.  Rôle important d’accueil lors de la conférence diplomatique réunie par le Conseil fédéral pour rafraichir la convention de 1864. 36 pays signent la nouvelle Convention (12 en 1864). 

1908
Assemblées des délégués de la Croix-Rouge Suisse et de l’Alliance des sociétés feminines à Genève. Fin décembre, aide aux sinistrés du tremblement de terre de Messine. 

1910
Décès de Florence Nightingale, précurseur de l’aide aux soldats blessés durant la guerre de Crimée, ainsi que de Henry Dunant et Gustave Moynier, les deux pères fondateurs du Mouvement de la Croix-Rouge. Gustave Ador préside le CICR.
Lancement de l’opération “la Petite Fleur” par la Société des Messieurs pour acheter une ambulance automobile qui sera mise à disposition de l’hôpital cantonal suite au succès de la journée du 6 avril 1911 organisée par les Dames. Aide aux inondés de Suisse et de France. 

1911
Nouveau “Comité cantonal de la Section genevoise de la Croix-Rouge Suisse” sans les Samaritains qui se retirent de la fédération. Les Dames et les Messieurs décident de tenir leurs assemblées générales ensemble. Président: Maurice Dunant, neveu d’Henry Dunant, qui succède au colonel Wartmann-Perrot. Déménagement des Dames au 18 rue de Candolle. 

7 au 17 mai 1912
IXe conférence internationale des sociétés de la Croix-Rouge à Washington, première conférence qui se tient en dehors de l’Europe. Gustave Ador préside et Alice Favre prend la parole. 
Aide aux blessés serbes de la guerre des Balkans et envoi d’une ambulance Vaud-Genève en Epire avec le Dr Albert Reverdin et d’infirmières à Belgrade en 1913.

28 avril 1914
La Section genevoise de la Croix-Rouge Suisse est définitivement créée en fusionnant les Dames et les Messieurs de la Croix-Rouge lors d’une assemblée commune (Dames: 960 membres, Fr. 20 530.- d’actifs; Messieurs: 186 membres, Fr 6 966,80 d’actifs; Comité genevois: Fr. 2 417,65). Présidente: Alice Favre. 50e anniversaire de la fondation de la Croix-Rouge genevoise.

Août 1914
Première guerre mondiale: la CRS est militarisée sous les ordres de son médecin-chef, le colonel Bohny. Les assemblées générales sont suspendues.
16 700 objets sont envoyés aux soldats mobilisés. Des infirmières et du materiel sanitaire sont envoyés en France et en Serbie. 

Mars 1915
Premier convoi de blessés et invalides de guerre transitant par Genève. Les Dames ravitaillent les convois de grands blessés français et allemands qui passent en gare de Genève. Une centaine d’infirmières et de bénévoles oeuvrent en permanence. Au total, du 2 mars 1915 au 14 mars 1920, Genève accueille près de 310 trains transportant 118 400 blessés. A la fin de la guerre, Genève accueille également les prisonniers allemands rapatriés. 
Le CICR ouvre l'Agence des prisonniers de guerre au Musée Rath, dont Stefan Zweig fera un brillant éloge. 

1916
Modification des statuts : comité mixte de 12 à 20 sociétaires élus pour trois ans. Présidence limitée à 6 ans consécutifs. 2296 membres, 1 523 Dames et 773 Messieurs. Création de la Colonne de transport formée de 60 volontaires inaptes au service mais qui assistent les troupes sanitaires et de ravitaillement.

1918-1919
Derniers convois et aide à la lutte contre l'épidémie de grippe qui fait des ravages parmi les soldats en été 1918 (mise à disposition d'un hôpital de 100 lits). Fin 1919, la CRG compte 2 627 membres individuels et 133 membres collectifs. Ses actifs atteignent 123 164 francs. 

15 janvier 1920 
A l'initiative du Dr Guyot, création du Dispensaire d'hygiène sociale à la rue Saint-Ours avec 3 garde-malades qui visitent les malades à domicile sur demande des médecins des hôpitaux et des cliniques sous la direction de Lucie Odier. Le Dispensaire qui changera plusieurs fois de nom deviendra le principal secteur de la CRG avec le développement des soins à domicile. Au cours du premier exercice, elles traiteront 504 cas et effectueront 6 834 visites. 
Le 13 avril, un Bureau de secours aux émigrés russes nécessiteux ou malades est ouvert. 45 personnes secourues. 
A l'assemblée générale du 21 avril élection d'un nouveau comité. Alice Favre devient présidente honoraire et le Dr Frédéric Guyot est élu président du comité. En juillet est créée la Section genevoise de l'Alliance suisse des garde-malades sous les auspices de la CRG, qui absorbe le home des infirmières et l'ancien service des infirmières. 101 infirmiers et infirmières sont admis dont 35 sont inscrits au bureau de placement. 1 612 journées de travail sont effectuées. Son budget est séparé mais la CRG comble le déficit et cotise à la caisse de pension. 
Dès lors seront prodigués des cours de perfectionnement pour la formation d'infirmière visiteuse dont le programme sera composé, 2 ans après, de 400 heures de formation. 
Plusieurs commissions sont créées, notamment celle de la propagande qui est chargée de faire connaitre au public les œuvres de la Croix-Rouge genevoise par des articles de journaux, des brochures, des affiches et des conferences, ainsi que de recruter des membres par différents moyens. 

1921
En février, suite à l'expansion des maladies vénériennes pendant la guerre, un dispensaire prophylactique antivénérien est créé sur chacune des deux rives. Ils fonctionneront jusqu'en 1947. Présidence : Dr Du Bois.
En mars, une campagne dans les écoles rapporte 4600 adhésions d'élèves. Une section cadette se crée peu à peu pour diffuser les notions d'hygiène et les principes humanitaires de la Croix-Rouge. C'est la première Croix-Rouge jeunesse de Suisse (qui ne sera reconnue que 20 ans plus tard par la CRS). Fin 1921, la CRG compte le nombre record de 11 313 membres, 6657 adultes, 4616 jeunes et 131 membres corporatifs.

1er janvier 1922
Mise en place d'un Hôpital temporaire de 30 lits pour lutter contre l'épidémie de scarlatine, monté en 2 jours pour 48 personnes ( 138 personnes pendant un mois). La section et son matériel font leurs preuves.

1926
Arrivé au terme de son mandat statutaire, le Dr Guyot cède la présidence à Me Eugène Empeyta (qui s'est beaucoup engagé dans l'aide aux Russes indigents mais reste à peine deux ans à la présidence, qu'il rendra au Dr Guyot en 1928).

1928
Centenaire de la naissance d'Henry Dunant et assemblée générale de la CRS à Genève.

3 février 1929
Décès d'Alice Favre, présidente emblématique de la CRG. Elle fait un legs de 100 000 francs qui alimentera par la suite le fonds de soutien aux activités. Quelques jours auparavant, décès du Dr Albert Reverdin, père de l'ambulance Vaud- Genève dans les Balkans et animateur du Dispensaire d'hygiène sociale, dirigé dès 1921 par le Dr Alec Cramer.
Pendant toutes les années 1920, le Dispensaire occupe une dizaine d'infirmières visiteuses et effectue entre 15 000 et 18 000 visites. Les garde-malades sont au nombre de 160 et effectuent près de 25 000 journées de travail par an pour un chiffre d'affaires d'environ 230 000 francs. L'effectif des membres diminue durant toute la décennie, en même temps que les pertes augmentent.

Avril 1929
La direction de l'Hôpital cantonal demande à la CRG de créer un service social en mettant à disposition une infirmière CRG.

Juin 1930
Lucile Jéquier prend la succession de Lucie Odier à la direction du Dispensaire d'hygiène sociale. Situation financière délicate. " La faillite menace ". La CRG demande une aide à la CRS, qui octroiera un prêt sans intérêt de 5 000 francs en 1931. Le Dr Alec Cramer est élu président jusqu'en mars 1936, puis réélu une deuxième fois de janvier 1941 à avril 1943. Il a été l'un des grands promoteurs du Dispensaire.

1931
Mort de Maurice Dunant, neveu d' Henry Dunant, secrétaire des Messieurs, président du comité central genevois, vice-président de la section, membre du comité de la CRS et du CICR, militant convaincu de la cause humanitaire et de l'unité du mouvement CR.

Octobre 1932
L'Hospice général crée un service social avec une infirmière Croix-Rouge. Son rôle consiste
notamment à placer les enfants orphelins dans des familles d'accueil.

1935
Yvonne Crémieux, première infirmière visiteuse à la campagne.

Mars 1936
Le Dr Isaac Reverdin élu président. Des exercices de défense anti-aériens sont organisés.

1937
Par manque de fonds pour la faire fonctionner comme home pour convalescents, la CRG est contrainte de refuser le legs d'une maison à Corsier.

1938
Reconstitution de la colonne sanitaire CRG. Appel pour les Tchécoslovaques.

1939
Deuxième guerre mondiale et grande mobilisation de la section. Le service de santé de l'armée demande à la CRS de créer des services de transfusion sanguine dans les cantons. La fréquentation au cours de couture est limitée à 180 dames. 30 groupes de travail (confection du matériel sanitaire pour l'armée, service de donneurs de sang (12 000 personnes inscrites au fichier), collecte de vivres, de vêtements et d'argent, début du centre de ramassage.

1940 
Un autobus prêté par la CGTE sillonne le canton pour solliciter les donneurs de sang. 7 000 donneurs sont trouvés. Ravitaillement des trains de réfugiés civils rapatriés puis des grands blessés et malades prisonniers de guerre. Accueil la gare Cornavin. Intensification des actions de secours, ateliers de coutures et des repas pour les enfants sous-alimentés par les ouvroirs. La CRJ collecte 60 000 francs français pour les réfugiés de la Garonne et d'Annemasse et ouvre en 1941 la Maison du Petit Français pour offrir des jouets aux enfants des réfugiés espagnols, polonais ou finlandais en France. Décès du Dr Reverdin à la fin de l'année. Le Dr Alec Cramer lui succède à la présidence.

1942
Décès du Dr Guyot. Mise en place du Secours aux enfants de la CRS avec le coIonel Remund. Issu du Cartel des associations de secours aux enfants créé pendant la guerre civile espagnole, le Secours aux enfants connait un développement massif grâce au Dr Hugo Oltramare. Il se poursuivra après la guerre en accueillant des enfants de familles françaises pauvres notamment. A Genève, le Secours aux enfants s'organisera parallèlement à la CRG au lieu d'être fusionnée comme dans les autres cantons, ce qui entrainera des frictions.
Lancement de l'opération " Viens manger " : des familles accueillent des enfants sous-alimentés à venir déjeuner chez elles (122 enfants dans 115 familles. Mais 1 500 à Bâle et 1 000 à Zurich).

Mars 1943
Le professeur Eric Martin élu président.
La CRG propose la création de plaques d'identité pour les enfants de déportés dont les parents ont disparu. Après avoir hésité pendant un an, la CRS accepte.

1945
Installé rue Massot depuis 1930, le siège de la CRG est déplacé au Rond-Point de Plainpalais. De janvier à décembre, 23 convois de prisonniers et déportés blessés ou malades passent par Genève. La CRJ traverse une mauvaise passe. 
Assemblée générale de la CRS à Genève.
L'Alliance suisse des garde-malades, qui a fusionné en décembre 1944 avec l'Association nationale des infirmières diplômées, devient l'Association suisse des infirmières et infirmiers diplômés et continue à être un organe auxiliaire de la CR.

1946
Le centre de transfusion fusionne avec le Labo Hémocentral. Il devient un service officiel de l'Hôpital cantonal le 1 er novembre et prend la 11e place mondiale. La CRG s'occupe du recrutement des donneurs. Action en faveur des mutilés de guerre : 12 tonnes de vêtements sont distribués à 1 600 mutilés. La baisse subite des dons à la fin de la guerre et la concurrence avec les collectes du Secours aux enfants conduisent à un déficit alarmant. 2 000 membres seulement. 
Réorganisation de la Croix-Rouge Jeunesse. Le Dr Schusselé succède au Dr Patry comme président de la CRJ. La CRS qui veut désormais développer les CRJ accorde un appui. Rapprochement avec Ie Secours
aux enfants.

Mars 1947
Fermeture des dispensaires antivénériens, qui n'ont plus que 5 malades après avoir assuré 2 117 consultations en 1936.
Le Dr Charles-Edouard Schauenberg est élu président de la CRG jusqu'en 1950 et de 1951 à 1952 suite au décès en fonction de son successeur Jean Degrange. Membre du comité de la CRG depuis 1942, vice-président de la CRS et président du comité romand de la Croix-Rouge Jeunesse par la suite, c'est une des grandes figures de la CRG d'après-guerre.

1948
Lancement de l'opération Mimosa le 29 avril. Des millions de francs seront récoltés grâce à cette action.
Fusion du Secours aux Enfants avec la CR Jeunesse. Changements des statuts et confirmation de la nomination du premier secrétaire général, Marcel Jenni. En avril, transfert du secrétariat de la rue de la Madeleine au 5, Rond-Point de Plainpalais.

1949
Réorganisation du Dispensaire d'hygiène sociale pour faire des économies et appel au Conseil d'Etat. Un centre de dépistage des maladies professionnelles est créé. Conférence diplomatique sur la révision des Conventions de Genève.

1950
Jean Degrange remplace le Dr Schauenberg, malade, pendant un an. Lucile Jéquier prend sa retraite et est remplacée par Mme Doll à la tête du Dispensaire d'hygiène sociale. Retour aux bénéfices grâce à une allocation de l'Etat et un don CRS. Le bureau de placement des infirmières disparait des rapports d'activité. Les Convois d'enfants (qui deviendront le Rayon de Soleil en 1970) sont organisés pour offrir des séjours à la montagne et à la mer à plus de 500 enfants suisses et français par an. Cette activité durera jusqu'en 2000.

1952
Le Dr Horace Barbey devient président en décembre.

1953
Lancement de l'opération Paniers de Noël par Mme Horace Barbey, épouse du nouveau président de la CRG (objectif 80 paniers, 150 réalisés). La CRJ aide aux sinistrés des inondations de Hollande. Retour des inquiétudes financières et des préoccupations liées à la confusion des genres entre CRG, Ligue des sociétés CR et CICR.
Audit du Dispensaire d'hygiène sociale pour adapter les tâches des infirmières à l'évolution de la société et professionnaliser les activités d'assistance sociale. Le salaire mensuel des 11 infirmières passe de 500 à 575 francs. La subvention annuelle du canton est portée à 40 000 francs.

1954
Le Centre d'Hygiène sociale succède au Dispensaire. Première infirmière monitrice; première voiture pour aller soigner les nourrissons à la campagne , première secrétaire professionnelle à mi-temps.

1955
Le Centre d'hygiène sociale engage une nouvelle directrice, Denise Grandchamp, ainsi qu'une monitrice chargée de la formation, Mlle Exchaquet. Il a suivi 2 947 cas, dont 1 284 anciens, et assuré 28'000 prestations médicales et 7 000 prestations sociales. 2 596 nourrissons suivis. Une conférence exceptionnelle de l'Abbé Pierre, des legs et des dons extraordinaires permettent in extremis de transformer les 34 000 francs de pertes attendues en un bénéfice miraculeux de 875 francs !

1956
En février, la vague de froid compromet la vente du mimosa. Les députés du Grand Conseil offrent leurs jetons de présence de la séance du 11 février à la CRG. 
Nouvelle réorganisation du Centre d'hygiène sociale. 
4'000 membres. La section a organisé 18 cours de soins au foyer, et 3 de soins à la mère et à l'enfant ; l'ouvroir a confectionné 400 pièces de vêtements qui ont été distribué à Noël à 88 familles. Aide aux réfugiés hongrois. Action de parrainages pour les vieillards et Aide aux isolés. La CRJ compte 127 groupes d'enfants, le parrainage des vieillards vient en aide à 68 personnes âgées ou isolées (Rayon de soleil). Nouveau centre de santé familiale à Versoix et début des infirmères polyvalentes.

1957-1959
Développement du Centre d'hygiène avec la reprise du service de soins gratuits de Bon Secours : 23 infirmières, 3 340 familles aidées, 27 173 soins à domicile, 10000 interventions médico-sociales, 264 enfants et 425 bébés suivis.

Mai 1960
Me Pierre Audéoud président. 4 927 membres, L'opération Rayon de soleil vient en aide aux personnes âgées isolées en distribuant 1 951 thés et organisant des après-midi de cartes.

1962
Le 15 juillet la CRG emménage dans son siège actuel du 7-9 rue des Acacias. Sous la direction du Prof. Aloys Werner, le Centre continue sa progression. L'ouvroir a distribué 650 objets à 204 familles, 90 pièces de layettes à la maternité, 65 pièces à la clinique infantile et 60 au centre de ramassage. Six cours de soins aux malades ont réunis 52 participants, et 11 cours de soins aux futures mères donnés à la polyclinique de la maternité ont réuni 110 participantes.
Centre de ramassage : 3 345 personnes dont un tiers d'étrangers (surtout des enfants algériens) ont reçu 63 150 pièces. Aide aux isolés : 143 personnes âgées. La CRJ donne des cours élémentaires d'hygiène pratique obligatoire dans les écoles de campagne, facultatif dans les écoles de la ville. Cours de sauvegarde nautique à la plage des Pâquis (100 jeunes). Le service hongrois suit des jeunes.

1963
Le centenaire de la fondation du mouvement CR est célébré par une exposition internationale et une Journée commémorative Ie 1 septembre avec ronde-cantate de Maurice Zermatten et Jean Daetwyler mise en scène par Jo Baeriswyl.

1966
Me Jean-Paul Buensod président.

1967
Nouveau centre d'ergothérapie ambulatoire place des Augustins. 17 jeunes filles ont suivi les cours d'auxiliaires hospitalières.
700 personnes âgées et handicapés participeront à une sortie loisirs en bus. Cette action préfigure les Cars de l'amitié mis en place en 1976, puis les Minibus de l'amitié, qui fonctionneront jusqu'en 2012.
Crise avec la CRS suite à un putsch visant à imposer le Dr Haug comme président national. Après deux ans de contestation menée par plusieurs associations cantonales qui ont mandaté Ie président de la CRG pour les représenter, l'assemblée de la CRS révise les statuts le 28 juin 1970 afin de donner une meilleure représentation aux associations cantonales.

1969
5 440 membres, soit la section la plus nombreuse de Suisse, 1 211 écoliers dans les groupes de juniors. 4436 familles ont bénéficié de 54 593 prestations à domicile et de 3 730 prestations ambulatoires (35 infirmières). 3 092 personnes ont bénéficié du vestiaire (63 264 pièces d'habillement et d'objets divers.
La vente de mimosa rapporte 95'000 francs permettant des vacances à 163 enfants. 200 réfugiés tchèques accueillis en septembre 1968.
Au cours de l'assemblée générale, des roses sont offertes à Mlle Sandoz, infirmière depuis 40 ans au Centre d'Hygiène sociale, et à Mme Marguerite Rimli qui depuis trente ans multiplie les activités de bénévole. A la fin de la séance, deux exposés consacrés à la drogue.

Mai 1970
Le D r André Lenoir président.
L'action " Rayon de Soleil " s'étend des personnes âgées aux accueils familiaux.

1971
Nouveaux soucis, à propos du déficit et du sentiment que le mouvement CR a mauvaise presse dans l'opinion et qu'on ignore ce que fait la CRG. Marcel Jenni abandonne les fonctions de secrétaire général de la section après 23 ans. Véritable pilier de l'institution, il a mis sur pied en 1948, la journée de la vente du Mimosa et créé la Chaine du bonheur avec Roger Nordmann. Il a travaillé sous 5 présidences (Drs. Schauenberg et Horace Barbey, Mes Pierre Audéoud et JeanPaul Buensod et Dr André Lenoir). Il est remplacé par Edouard Logoz.

1975
En mai, Mme Emma-Hélène Musso est élue présidente. Le Centre d' Hygiène sociale devient le Services des soins infirmiers à domicile (SSID). Il occupe plus 90 collaborateurs. Création de la Bibliothèque circulante, qui deviendra la Bibliothèque interculturelle puis en 2008 le Centre d'intégration culturelle de la rue de Carouge.

1976
Jacques Crettol est engagé comme secrétaire général le 1 er novembre. Il restera jusqu'au 30 avril 1990. Création du service des aides extrahospitalières au sein du SSID, à la demande du canton qui veut développer Ie maintien des personnes âgées à domicile.

1978
Janine Ferrier devient directrice du SSID. Expositions et spectacles le 8 mai, à l'occasion du 150e anniversaire de la naissance de Henry Dunant. 

Juin 1980
Le D r Hans J. Kibbel président de la CRG.

1982
Croissance vertigineuse du SSID et donc du budget de la CRG qui atteint 10 millions de francs (contre 3 en 1975). Le problème des réfugiés prend une dimension accrue avec l'afflux de réfugiés vietnamiens. Le Service Etrangers-Réfugiés (SER) est créé, ainsi que la commission des affaires humanitaires et sociales qui s'occupe des activités hors SSID.
Création d'un Bureau du comité pour gérer les affaires courantes, ce qui n'est plus possible avec un comité de 20 membres. Décision de créer FSA, Fondation pour le soutien aux activités sociales.

Juin 1983
Crise interne et grève au SSID. Conflit entre la directrice et ses adjointes d'une part et entre le président du SSID, le Dr Bouvier, et le président de la CRG, le Dr Kibbel, d'autre part. Philippe Grand d'Hauteville devient président. Grande réorganisation interne.

6 novembre 1984
Philippe Grand d'Hauteville cède la présidence à Jacques Perrot et prend, en mars 1985, le poste de directeur de la CRG qui vient d'être créé. Réalisation du film " Les Uns pour les Autres " sur les activités de la CRG.

1986
Création du Bureau d'aide au retour (BAD) pour les départs volontaires de requérants d'asile, dirigé par Jean-François Labarthe. Création du CRIPAM (Centre de rencontre et d'intégration pour personnes âgées migrantes), qui deviendra en 2006 le SIA (Seniors d'Ici et d'Ailleurs).

1987
Le SSID devient le SASCOM (Service d'aide et des soins communautaires), le moment étant venu de manifester "une interaction communautaire indispensable entre les habitants et l'ensemble des professionnels de la santé ".

1989
125e anniversaire de la Croix-Rouge genevoise : campagne d'information car " l'activité hyper-médiatisée du Comité international à la Croix-Rougc (CICR), le côtoiement à Genève de ce même CICR et de la ligue de la Croix-Rouge, prêtent à confusion et contribuent à jeter de l'ombre sur la section cantonale genevoise". Assemblée générale de la CRS à Genève, la première depuis 1928. Démission de Philippe Grand d'Hauteville et départ du secrétaire général Jacques Crettol quelques mois plus tard. Philippe Michel est nommé directeur. Jean-François Labarthe prend la direction des affaires humanitaires et sociales.

Mai 1990
Me François Payot président.

1990-1998
Opération Fil Rouge avec l'orphelinat de Perisoru en Roumanie : chaque année une trentaine d'orphelins roumains sont accueillis en Suisse romande.

1991
A l'initiative de la CRG, création de la Fédération des services privés d'aide et de soins à domicile (FSASD) qui regroupe les trois associations s'occupant de soins à domicile, le SASCOM, I'AMAF (aide-ménagère) et le SAF (aide familiale). Réalisation du film " Aquarelles " pour mettre en lumière les activités des membres de la FSASD.

Février 1992
Le peuple genevois accepte la loi sur les soins à domicile.
Débuts du " Wagon " à la Gare des Eaux-Vives pour les sans-abris et du Centre de santé migrants, à la demande du canton.

1993
Création du Chaperon Rouge pour la garde d'enfants à partir des premiers essais de baby-sitting.
Lancement des premiers Vêt'shops : " la Croix-Rouge dépoussière son vestiaire ". Atelier Talon rouge donnant l'opportunité aux migrants de se former comme artisans de la chaussure. Création du Secteur théâtre. Nouvelle appellation: La Croix-Rouge genevoise.

1994
Bande dessinée d'Exem sur la vie d'Henry Dunant à l'occasion du 130e anniversaire de la CRG (Le secret du pyrophone).

1996
Jacques Perrot élu à nouveau président le 19 juin. Nouvelle directrice du SASCOM : Marie-Odile Michau. Une étude sur l'image de la CRG, jugée utile mais ringarde, est effectuée afin de moderniser la communication de la CRG. En décembre, une nouvelle loi sur les soins à domicile est acceptée, l'Etat reprochant son opacité à l'ensemble du système.

24 juin 1997
Vaste projet de réinsertion économique des réfugiés bosniaques.

1998
Mise en place des CASS dans tout le canton. 323 collaborateurs au SASCOM.

1999
Le SASCOM se sépare de la CRG et intègre la FSASD, devenue Fondation pour les soins à domicile présidée par Jacques Perrot. Le budget annuel de la CRG chute de 40 millions à 8 millions de francs, avec un déficit de 1,9 million de francs. Pierre-Martin Achard élu président en juin. Départ de Philippe Michel et Jean-François Labarthe. Pierre Kunz devient directeur en août.

2000
Audit des activités en vue de restructurer la CRG et de mettre fin aux déficits. Toutes les activités sont scannées par un Groupe de solutions. Le nombre de membres du comité est réduit à 11 et le bureau est supprimé.

2001
Service des Réfugiés Unis avec Caritas.

Janvier 2002
Eliane Babel-Guérin directrice. En décembre, arrêt du Wagon et de Genèv'Roule (mise à disposition de vélos) qui est transmis à une nouvelle association financée par la Ville.
Ouverture du premier SEMO.

2003
Début du projet Alzheimer avec Pro Senecture et l'association Alzheimer. Ouverture du premier Semestre de Motivation avec les jeunes en recherche d'emploi (SEMO) avec l'Office cantonal de l'emploi. Mise en place des services Support.

2004
140 ans de la CRG, un tram sillonne la ville aux couleurs de la Croix-Rouge.

Juin 2006
Guy Mettan élu président. 1 500 membres, budget stabilisé à 8 millions de francs.

2007
Inauguration des foyers pour jeunes de la Roseraie et de Chêne-Bourg.

2008
Ouverture d'une seconde unité SEMO et du restaurant Le Solferino près de la Gare des Eaux-Vives (fermé en 2013 pour cause du CEVA).

Juin 2009
150e anniversaire de la bataille de Solferino. Accueil sur l'Esplanade Saint-Antoine de 230 jeunes de 50 pays qui ont fait le trajet depuis Castiglione. 70 emplois de solidarité engagés (90 en 2013).

2010
Centenaire de la mort d'Henry Dunant et Gustave Moynier. Moins de 1 000 membres.

Avril 2012
Nathalie Narbel prend ses fonctions de directrice. Fin 2012, la CRG compte 415 collaborateurs, 3 882 membres, 1 158 bénévoles et 43 000 heures de bénévolat, 33 341 heures d'interprétariat, 33 713 livres prêtés, 92 tonnes de vêtements triés, 5 975 gardes d'enfants à domicile.

2013 
Le budget dépasse 16 millions de francs. Nouvel audit des activités et redéfinition des priorités. Mise en place d'une nouvelle gouvernance. But : consolider les activités existantes, équilibrer le budget de fonctionnement, identifier les nouveaux besoins.

2014
150e  anniversaire de la fondation de la CRG et 100e assemblée générale de l'association issue de la fusion de 1914. Assemblée générale de la CRS à Genève, la quatrième depuis 1908.

Documents

Les deux premiers chapitres ont été rédigés sur la base des rapports annuels d’activité de la CRG de 1889 à 2013 et des procès-verbaux des séances des différents comités et commissions qui ont existé depuis le début des activités régulières en 1889. Tous ces documents se trouvent dans les archives de la CRG à son siège de la route des Acacias. On trouve également de nombreuses références à la CRG dans les archives numériques du Journal de Genève accessibles sur le site internet du journal Le Temps. Les quotidiens genevois ont effet systématiquement assuré le compte rendu des assemblées générales et des activités de la CRG jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, les articles se faisant plus épisodiques par la suite. 
Certains événements (par exemple le passage du Rayon de Soleil des aînés à l’accueil familial des jeunes) ont été impossibles à dater avec precision dans le cadre de cette étude. De même que certains prénoms, comme celui de Mme Doll, que les procès-verbaux de l’époque persistent à appeler Mme Pierre Doll, du prénom de son mari.